logo SEL
<div id='slidertitre'><h1 title='Actualité : Assemblée générale 2019'>Actualité : Assemblée générale 2019</h1></div><div id='slidertexte'>Date : 2019-04-02<p>SEL a tenu son assemblée générale samedi 30 mars 2019 ; les adhérents recevront dans les semaines à venir le compte rendu de cette réunion. <br/>Quelques informations : <br/>- Monique Trédé, présidente de l'association, a rappelé l'action de SEL auprès des nombreuses instances administratives et ministérielles, souvent en commun avec les autres associations de professeurs de lettres ; M. Trédé a également mis l'accent sur les raisons qui incitaient à l'<strong>optimisme</strong>. Un compte rendu des réunions au CSP sera notamment joint au compte rendu de l'AG. <br/>- L'ensemble du bureau de SEL a insisté sur les <strong>beaux projets</strong> soutenus financièrement cette année, et a <strong>invité d'autres professeurs à déposer des demandes de soutien</strong>, pour des voyages, des concours, des activités culturelles. <br/>- Le concours Jacqueline de Romilly de la nouvelle se porte bien, pour son cinquième anniversaire, avec 130 participations. Résultats fin mai. <br/>- <strong>Sabine Schneider</strong>, infatigable secrétaire générale depuis des années, a passé la main mais son travail et son engagement ont été longuement et chaleureusement applaudis. <br/>- Le conférencier invité était <strong>Jean-Michel Delacomptée</strong>, qui a relu La Bruyère pour le public, pour saluer sa distinction. Le texte de sa causerie sera joint au compte rendu de l'AG. </p></div><a href='actualite.php?id=103' id='lirelasuite'>Lire la suite</a> <div id='slidertitre'><h1 title='Actualité : Les langues anciennes au lycée La Pérouse - Kerichen (Brest)'>Actualité : Les langues anciennes au lycée La Pérouse - Kerichen (Brest)</h1></div><div id='slidertexte'>Date : 2019-03-21<p>Nous avons le plaisir de mettre en lumière les activités des latinistes et des hellénistes du lycée La Pérouse-Kerichen de Brest, dont certains reviennent tout juste d'un séjour en Vénétie. <br/><strong>ANCHORA</strong>                                                                       <br/><em>Latin / Grec : Initiation à la Paléographie</em><br/><strong>Les langues anciennes au service de l’histoire des Sciences...</strong><br/><strong>INITIATION À LA RECHERCHE FONDAMENTALE</strong><br/>Créé au lycée La Pérouse-Kerichen (Brest) en 2011, en collaboration avec le Service Historique de la Défense de Brest, le projet ANCHORA consiste à initier les latinistes et hellénistes lycéens à la recherche fondamentale en langues anciennes. Les élèves réalisent une collecte photographique de textes latins inédits écrits par des savants européens des XVème-XVIIIème siècles, conservés au SHD. En cours de langues anciennes, ils traduisent ces textes puis leur traduction est vérifiée par un universitaire. Ce projet a reçu le prix « Jacqueline de Romilly » (2ème prix national) en 2012 récompensant des actions pédagogiques valorisant les langues anciennes.<br/><strong>EUROPOLENI</strong><br/>Les élèves sont  invités à retranscrire puis traduire la correspondance latine du physicien de Padoue Giovanni Poleni (1683-1761) avec ses correspondants européens tels que Bernoulli, Euler, Jurin…<br/><strong>LES TEXTES LATINS ET GRECS INÉDITS DE L’ACADÉMIE DE MARINE</strong><br/>- La <em>Bibliotheca Curiosa Chemica</em>, traité alchimique du suisse Jean-Jacques Manget (1702), évoquant la fabrication de la pierre philosophale ou les effets des graines de cannabis sur les poules… <br/>- Le journal de l’astronome allemand Christoph Scheiner (1575-1650), observateur des taches solaires et inventeur d’un hélioscope dans son traité latin <em>Rosa Ursina</em> inédit…<br/>- Un manuel espagnol de grec ancien destiné à des élèves hellénistes du XVIIIème siècle et proposant une conversion des ligatures grecques…<br/>- Les traités de médecine embarqués sur les bateaux par les officiers tels que les <em>Tabulae anatomicae</em> de l’italien Bartholomeo Eustachi (1510-1574)... <br/>- 10 km linéaires d’archives, 42900 ouvrages de bibliothèque à explorer… au SHD.<br/><strong>PROJET COLLABORATIF LOCAL</strong><br/>Les bibliothécaires du Service Historique de La Défense, Sarah Yvon et Françoise Nougue, permettent aux lycéens d’accéder aux ouvrages de l’Académie de Marine tout en leur présentant les informations liées à la préservation de ce patrimoine écrit inestimable. <br/>L’UBO, en conférant une caution universitaire au projet, assure une liaison lycée-post bac dans ce projet initié par le secondaire.<br/><strong>UNE OUVERTURE EUROPÉENNE : <br/>VENISE – PADOUE –VÉRONE – BASSANO DEL GRAPA</strong><br/>Le lycée La Pérouse-Kerichen en collaboration avec le Centre d’Étude des Correspondances et des Journaux Intimes (CECJI) de l’UBO a initié un partenariat avec l’Istituto di Fisica Galileo Galilei de Padoue, le SHD brestois, la Biblioteca Civica de Vérone et le Centro Studi Arsenale de Venise afin de permettre un échange sur les écrits des savants européens et notamment la correspondance du vénitien Giovanni Poleni. Un séjour en Italie est programmé tous les 2-3 ans. Les élèves y réalisent des mini-conférences devant les lycéens italiens du lycée Bassano del Grappa sur leurs travaux paléographiques.<br/>CONTACTS<br/><strong>Lycée La Pérouse-Kerichen</strong> : Rue Prince de Joinville, Brest. Tél. : 02 98 43 82 00<br/><strong>Service Historique de la Défense</strong> : 4 rue Cdt Malbert, Brest <br/><strong>UBO Ségalen – CECJI</strong> : 20 rue Duquesne, Brest.<br/>Contact responsable du projet : celine.le-gall@ac-rennes.fr <br/><strong>Céline Le Gall</strong>, professeur agrégée de lettres classiques, docteur en Littérature et culture européenne et internationale</p></div><a href='actualite.php?id=102' id='lirelasuite'>Lire la suite</a> <div id='slidertitre'><h1 title='Actualité : Communiqué de presse du 3 février 2019'>Actualité : Communiqué de presse du 3 février 2019</h1></div><div id='slidertexte'>Date : 2019-02-05<p>Texte publié par Sauver les Lettres, SEL, CNARELA, APFLA-CPL et APLAES.<br/>Les associations signataires réunies autour de la CNARELA saluent la parution, au JORF du 25 janvier 2019, de <a href="https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000038052412&dateTexte=&categorieLien=id">l'arrêté du 31 décembre 2018</a> consacré aux épreuves du nouveau baccalauréat général de 2021  : « Le cas échéant, <em>les points excédant 10 sur 20</em> de l’évaluation des résultats de l’élève au cours du cycle terminal <em>pour chaque enseignement optionnel « Langues et Cultures de l’Antiquité »</em>, retenus et multipliés par un <em>coefficient 3, s’ajoutent à la somme des points obtenus par le candidat à l’examen</em>. » Ce texte offre des garanties claires – inexistantes jusqu'alors dans les arrêtés du « baccalauréat 2021 » – aux élèves de lycée qui étudient le latin et le grec en option : <br/>- <em>leurs efforts et leurs résultats sont valorisés</em> comme il se doit après plusieurs années d’étude, car ils <br/>suivent ces enseignements en général depuis le collège (5  ou 3 ) ;<br/>- <em>les points coefficientés en latin et en grec s’ajoutent au total</em> des points obtenus à l’examen, et non <br/>plus au seul contrôle continu représentant 10% de la note finale ;<br/>- <em>un élève peut bénéficier deux fois du « bonus »</em> s'il étudie les deux langues anciennes (alors <br/>qu’aujourd'hui cet avantage n'est appliqué qu'à une seule option de langue ancienne). <br/><em>Ce nouvel arrêté peut jouer un rôle moteur dans le devenir des langues anciennes.</em> Il encourage les élèves à les choisir au collège, à les poursuivre – ou les commencer – au lycée. Il incite à étudier le grec et pas seulement le latin, et permet par conséquent à des élèves de s’engager dans la nouvelle spécialité « Littérature, Langues et Cultures de l’Antiquité ». Nos associations rappellent d’ailleurs que cette spécialité, suivie en latin ou en grec et compatible avec la poursuite de l'option dans l'autre langue ancienne, est dotée d’un coefficient 16 au baccalauréat et peut faire également l’objet du grand oral (coefficient 10). L’espace ainsi ouvert aux deux langues anciennes, suivies dans le cadre d’un enseignement optionnel et/ou de spécialité,  incitera les élèves à prolonger leur étude à l’université ou en classe préparatoire, et à préparer les concours de l’enseignement en Lettres classiques ou à accéder à d'autres formations liées à la connaissance des langues de l'Antiquité.<br/><em>L’arrêté cadrant l'examen est précieux, positif et facteur de stabilité</em>. Cependant, la mise en œuvre de la réforme du lycée soulève de très nombreuses inquiétudes. La CNARELA et les associations signataires doivent alerter, aujourd’hui encore, le ministère sur les problèmes que rencontrent les élèves qui veulent suivre les enseignements de langues anciennes. Dans nombre d'académies, il sera difficile aux élèves de trouver un lycée comportant ces enseignements, la gestion locale étant trop souvent malthusienne et créatrice d’inégalités. Les décisions prises sous couvert de l’autonomie des établissements ne permettent  pas de travailler dans les meilleures conditions.<br/><em>Nous demandons donc une cohérence étroite entre les textes publiés</em> : si les règles de l'examen terminal valorisent l'étude des langues anciennes, cette étude doit être, en toute logique, possible et très fortement encouragée au collège et au lycée. <em>Il faut que les élèves puissent accéder facilement à ces enseignements, que ceux-ci soient implantés avec équité et justice sur l'ensemble du territoire, et qu’ils bénéficient</em> de textes réglementaires et <em>de dotations fléchées</em> afin d’assurer réellement leur existence et leur pérennité. Les associations signataires encouragent le ministre à prendre des décisions indiscutables, qui ne soient pas régulièrement freinées par tous les niveaux de la hiérarchie ; il confirmerait ainsi qu’il est <a href="https://www.lejdd.fr/Societe/Education/blanquer-le-latin-et-le-grec-seront-les-deux-seules-options-qui-rapporteront-des-points-bonus-dans-le-nouveau-bac-3767249">« le défenseur absolu des langues anciennes »</a>.</p></div><a href='actualite.php?id=101' id='lirelasuite'>Lire la suite</a> <div id='slidertitre'><h1 title='Actualité : Assemblée générale de SEL'>Actualité : Assemblée générale de SEL</h1></div><div id='slidertexte'>Date : 2019-01-15<p>Nous informons nos adhérents que l'AG de SEL aura lieu le samedi 30 mars à Paris, à 14h30 dans l'amphithéâtre E. Quinet de la Sorbonne. <br/>L'orateur sera l'écrivain Jean-Michel Delacomptée. <br/>Les membres de SEL recevront une invitation et doivent s'inscrire auprès de Sabine Schneider en raison du plan Vigipirate.</p></div><a href='actualite.php?id=100' id='lirelasuite'>Lire la suite</a>

Actualités

2019/04/02 - Assemblée générale 2019

SEL a tenu son assemblée générale samedi 30 mars 2019 ; les adhérents recevront dans les semaines à venir le compte rendu de cette réunion.
Quelques informations :
- Monique Trédé, présidente de l'association, a rappelé l'action de SEL auprès des nombreuses instances administratives et ministérielles, souvent en commun avec les autres associations de professeurs de lettres ; M. Trédé a également mis l'accent sur les raisons qui incitaient à l'optimisme. Un compte rendu des réunions au CSP sera notamment joint au compte rendu de l'AG.
- L'ensemble du bureau de SEL a insisté sur les beaux projets soutenus financièrement cette année, et a invité d'autres professeurs à déposer des demandes de soutien, pour des voyages, des concours, des activités culturelles.
- Le concours Jacqueline de Romilly de la nouvelle se porte bien, pour son cinquième anniversaire, avec 130 participations. Résultats fin mai.
- Sabine Schneider, infatigable secrétaire générale depuis des années, a passé la main mais son travail et son engagement ont été longuement et chaleureusement applaudis.
- Le conférencier invité était Jean-Michel Delacomptée, qui a relu La Bruyère pour le public, pour saluer sa distinction. Le texte de sa causerie sera joint au compte rendu de l'AG.

... Lire la suite

2019/03/21 - Les langues anciennes au lycée La Pérouse - Kerichen (Brest)

Nous avons le plaisir de mettre en lumière les activités des latinistes et des hellénistes du lycée La Pérouse-Kerichen de Brest, dont certains reviennent tout juste d'un séjour en Vénétie.
ANCHORA
Latin / Grec : Initiation à la Paléographie
Les langues anciennes au service de l’histoire des Sciences...
INITIATION À LA RECHERCHE FONDAMENTALE
Créé au lycée La Pérouse-Kerichen (Brest) en 2011, en collaboration avec le Service Historique de la Défense de Brest, le projet ANCHORA consiste à initier les latinistes et hellénistes lycéens à la recherche fondamentale en langues anciennes. Les élèves réalisent une collecte photographique de textes latins inédits écrits par des savants européens des XVème-XVIIIème siècles, conservés au SHD. En cours de langues anciennes, ils traduisent ces textes puis leur traduction est vérifiée par un universitaire. Ce projet a reçu le prix « Jacqueline de Romilly » (2ème prix national) en 2012 récompensant des actions pédagogiques valorisant les langues anciennes.
EUROPOLENI
Les élèves sont invités à retranscrire puis traduire la correspondance latine du physicien de Padoue Giovanni Poleni (1683-1761) avec ses correspondants européens tels que Bernoulli, Euler, Jurin…
LES TEXTES LATINS ET GRECS INÉDITS DE L’ACADÉMIE DE MARINE
- La Bibliotheca Curiosa Chemica, traité alchimique du suisse Jean-Jacques Manget (1702), évoquant la fabrication de la pierre philosophale ou les effets des graines de cannabis sur les poules…
- Le journal de l’astronome allemand Christoph Scheiner (1575-1650), observateur des taches solaires et inventeur d’un hélioscope dans son traité latin Rosa Ursina inédit…
- Un manuel espagnol de grec ancien destiné à des élèves hellénistes du XVIIIème siècle et proposant une conversion des ligatures grecques…
- Les traités de médecine embarqués sur les bateaux par les officiers tels que les Tabulae anatomicae de l’italien Bartholomeo Eustachi (1510-1574)...
- 10 km linéaires d’archives, 42900 ouvrages de bibliothèque à explorer… au SHD.
PROJET COLLABORATIF LOCAL
Les bibliothécaires du Service Historique de La Défense, Sarah Yvon et Françoise Nougue, permettent aux lycéens d’accéder aux ouvrages de l’Académie de Marine tout en leur présentant les informations liées à la préservation de ce patrimoine écrit inestimable.
L’UBO, en conférant une caution universitaire au projet, assure une liaison lycée-post bac dans ce projet initié par le secondaire.
UNE OUVERTURE EUROPÉENNE :
VENISE – PADOUE –VÉRONE – BASSANO DEL GRAPA

Le lycée La Pérouse-Kerichen en collaboration avec le Centre d’Étude des Correspondances et des Journaux Intimes (CECJI) de l’UBO a initié un partenariat avec l’Istituto di Fisica Galileo Galilei de Padoue, le SHD brestois, la Biblioteca Civica de Vérone et le Centro Studi Arsenale de Venise afin de permettre un échange sur les écrits des savants européens et notamment la correspondance du vénitien Giovanni Poleni. Un séjour en Italie est programmé tous les 2-3 ans. Les élèves y réalisent des mini-conférences devant les lycéens italiens du lycée Bassano del Grappa sur leurs travaux paléographiques.
CONTACTS
Lycée La Pérouse-Kerichen : Rue Prince de Joinville, Brest. Tél. : 02 98 43 82 00
Service Historique de la Défense : 4 rue Cdt Malbert, Brest
UBO Ségalen – CECJI : 20 rue Duquesne, Brest.
Contact responsable du projet : celine.le-gall@ac-rennes.fr
Céline Le Gall, professeur agrégée de lettres classiques, docteur en Littérature et culture européenne et internationale

... Lire la suite

2019/02/05 - Communiqué de presse du 3 février 2019

Texte publié par Sauver les Lettres, SEL, CNARELA, APFLA-CPL et APLAES.
Les associations signataires réunies autour de la CNARELA saluent la parution, au JORF du 25 janvier 2019, de l'arrêté du 31 décembre 2018 consacré aux épreuves du nouveau baccalauréat général de 2021 : « Le cas échéant, les points excédant 10 sur 20 de l’évaluation des résultats de l’élève au cours du cycle terminal pour chaque enseignement optionnel « Langues et Cultures de l’Antiquité », retenus et multipliés par un coefficient 3, s’ajoutent à la somme des points obtenus par le candidat à l’examen. » Ce texte offre des garanties claires – inexistantes jusqu'alors dans les arrêtés du « baccalauréat 2021 » – aux élèves de lycée qui étudient le latin et le grec en option :
- leurs efforts et leurs résultats sont valorisés comme il se doit après plusieurs années d’étude, car ils
suivent ces enseignements en général depuis le collège (5 ou 3 ) ;
- les points coefficientés en latin et en grec s’ajoutent au total des points obtenus à l’examen, et non
plus au seul contrôle continu représentant 10% de la note finale ;
- un élève peut bénéficier deux fois du « bonus » s'il étudie les deux langues anciennes (alors
qu’aujourd'hui cet avantage n'est appliqué qu'à une seule option de langue ancienne).
Ce nouvel arrêté peut jouer un rôle moteur dans le devenir des langues anciennes. Il encourage les élèves à les choisir au collège, à les poursuivre – ou les commencer – au lycée. Il incite à étudier le grec et pas seulement le latin, et permet par conséquent à des élèves de s’engager dans la nouvelle spécialité « Littérature, Langues et Cultures de l’Antiquité ». Nos associations rappellent d’ailleurs que cette spécialité, suivie en latin ou en grec et compatible avec la poursuite de l'option dans l'autre langue ancienne, est dotée d’un coefficient 16 au baccalauréat et peut faire également l’objet du grand oral (coefficient 10). L’espace ainsi ouvert aux deux langues anciennes, suivies dans le cadre d’un enseignement optionnel et/ou de spécialité, incitera les élèves à prolonger leur étude à l’université ou en classe préparatoire, et à préparer les concours de l’enseignement en Lettres classiques ou à accéder à d'autres formations liées à la connaissance des langues de l'Antiquité.
L’arrêté cadrant l'examen est précieux, positif et facteur de stabilité. Cependant, la mise en œuvre de la réforme du lycée soulève de très nombreuses inquiétudes. La CNARELA et les associations signataires doivent alerter, aujourd’hui encore, le ministère sur les problèmes que rencontrent les élèves qui veulent suivre les enseignements de langues anciennes. Dans nombre d'académies, il sera difficile aux élèves de trouver un lycée comportant ces enseignements, la gestion locale étant trop souvent malthusienne et créatrice d’inégalités. Les décisions prises sous couvert de l’autonomie des établissements ne permettent pas de travailler dans les meilleures conditions.
Nous demandons donc une cohérence étroite entre les textes publiés : si les règles de l'examen terminal valorisent l'étude des langues anciennes, cette étude doit être, en toute logique, possible et très fortement encouragée au collège et au lycée. Il faut que les élèves puissent accéder facilement à ces enseignements, que ceux-ci soient implantés avec équité et justice sur l'ensemble du territoire, et qu’ils bénéficient de textes réglementaires et de dotations fléchées afin d’assurer réellement leur existence et leur pérennité. Les associations signataires encouragent le ministre à prendre des décisions indiscutables, qui ne soient pas régulièrement freinées par tous les niveaux de la hiérarchie ; il confirmerait ainsi qu’il est « le défenseur absolu des langues anciennes ».

... Lire la suite

2019/01/15 - Assemblée générale de SEL

Nous informons nos adhérents que l'AG de SEL aura lieu le samedi 30 mars à Paris, à 14h30 dans l'amphithéâtre E. Quinet de la Sorbonne.
L'orateur sera l'écrivain Jean-Michel Delacomptée.
Les membres de SEL recevront une invitation et doivent s'inscrire auprès de Sabine Schneider en raison du plan Vigipirate.

... Lire la suite

2019/01/15 - Foule de festivals à venir !

Nous vous signalons plusieurs événements liés aux humanités classiques à venir - liste non exhaustive :
- Le Festival des langues classiques, à Versailles, les 1er et 2 février 2019, 1re édition d'un festival 'savant et ludique'.
- Le Festival Européen Latin Grec, à Lyon, du 20 au 24 mars 2019, qui met l'Iliade à l'honneur pour sa 13e édition.
- Le 2e Rendez-vous international des Langues anciennes, à Autun, les 30 et 31 mars 2019.
- Les Olympiades de latin et grec, organisées par l'ARELAS, conclues par une journée festive à Sélestat le 26 avril 2019.

... Lire la suite

2018/11/14 - Concours ! L'édition 2019 est lancée.

La 5e édition du concours de nouvelle Jacqueline de Romilly est lancée. Pour plus d'informations, consultez notre page Concours.

... Lire la suite

2018/10/11 - Communiqué commun sur les langues anciennes dans l'enseignement secondaire

Communiqué de presse du 8 octobre 2018 : Après les annonces rassurantes du ministre, nous attendons des actes
Les associations CNARELA, Sauver les Lettres, Sauvegarde des enseignements littéraires, APLettres, APFLA-CPL et APLAES saluent les propos du ministre de l’Éducation nationale publiés dans le Journal du Dimanche du 30 septembre 2018 et ne doutent pas de sa volonté sincère et profonde de créer les conditions d’un renouveau pour les langues anciennes. Les derniers ministres à s’être engagés politiquement en faveur de l’enseignement du latin et du grec ancien sont François Bayrou en 1996 (création de 2 heures de latin en 5 ) et François Fillon en 2004 (bonus pour les options de langues anciennes au baccalauréat), à la suite de la mission Wismann installée par Jack Lang en 2001. Leurs décisions ont suscité un afflux immédiat d’élèves. Inversement, la politique hostile de la précédente ministre a décimé les sections. Il était donc urgent de mettre un terme à cette hécatombe, de réaffirmer la valeur fondamentale de ces enseignements et de leur ouvrir des perspectives nouvelles.
Nos associations se réjouissent d’avoir été entendues sur le point crucial que représente le maintien du « bonus » (triplement des points au-dessus de 10) accordé aux candidats qui présentent l’option de latin et/ou de grec ancien au baccalauréat. Il encourage les lycéens à poursuivre ou entreprendre l’apprentissage des langues anciennes, en dépit de conditions de travail toujours peu enviables (horaires diminués, cours placés en début ou fin de journée, regroupement de niveaux…).
Mais la plus grande prudence est de mise. Nos associations rappellent que les attaques de l’administration contre les langues anciennes perdurent, au collège comme au lycée ; ainsi, la récente note de service signée par le Directeur général de l’enseignement scolaire réduit-elle la nouvelle spécialité « Littérature, Langues et Cultures de l’Antiquité » à une portion congrue que se partageraient quelques lycées par académie. Nos associations demandent instamment que cette spécialité soit accessible au plus grand nombre, sur tout le territoire : ce n’est qu’à ces conditions qu’elle pourra participer d’un nouvel élan pour les études littéraires et contribuer au renforcement de plusieurs filières universitaires qui, de nos jours, manquent cruellement de latinistes et d’hellénistes parmi leurs étudiants comme parmi leurs chercheurs. De même, les élèves doivent pouvoir accéder aux options latin et grec ancien dans leur lycée de secteur.
Nous attendons à présent les textes officiels qui définiront sans équivoque les conditions de cette reconnaissance ministérielle : pour que ce bonus accordé aux options de langues anciennes garde son poids, il doit s'ajouter à l'ensemble des points du baccalauréat – comme c’est le cas aujourd’hui – et non aux seuls 10 % du contrôle continu.
En outre, nos associations réclament le droit pour les élèves des séries technologiques d’avoir accès aux enseignements de langues anciennes, au nom de l’équité et d’une réelle ouverture de ces disciplines au plus grand nombre.
Le ministre déclare être « le défenseur absolu des langues anciennes » tout en rappelant que « Rome ne s’est pas faite en un jour ». Nos associations lui demandent de mettre un terme définitif aux blocages qui persistent dans son ministère, en faisant publier des arrêtés qui ne laissent plus aucun doute sur sa volonté et en instaurant des horaires fléchés, au collège comme au lycée, qui seuls mettront fin aux situations inacceptables vécues depuis trop longtemps par les élèves qui étudient les langues et cultures de l’Antiquité et par les professeurs de Lettres classiques.

... Lire la suite

2018/09/29 - Le latin et le grec au baccalauréat

À la suite des interventions lancées par SEL et les associations partenaires auprès du cabinet du Ministre et de plusieurs instances de l’Éducation nationale nous nous réjouissons de constater que Jean-Michel Blanquer s’engage clairement aujourd'hui pour la défense des humanités et de l’enseignement du latin et du grec (article du JDD paru le 30/09/2018). Il nous faudra toutefois rester vigilants car nous savons que les propos ministériels tardent trop souvent à trouver leur application sur le terrain. Mais cet engagement personnel du Ministre sera un réconfort pour nos collègues et pour les étudiants et leur famille et nous lui en sommes reconnaissants.
Pour que les choses bougent réellement sur le terrain, SEL continue son action et participera à une rencontre au Ministère de l'Éducation Nationale avec le Conseil Supérieur des Programmes jeudi 4 octobre.

... Lire la suite

2018/09/29 - Homère sur France Culture

France Culture consacre une série d'émissions à Homère début octobre, dans 'La Compagnie des auteurs'.
Paul Demont interviendra, à la suite de P. Judet de la Combe et P. Brunet, le mercredi 3 octobre, en direct de 15h à 16h, pour un 'Retour à l'Odyssée'. La dernière intervenante sera C. Jouanno.

... Lire la suite

2018/09/29 - Une place en l'honneur de Jacqueline de Romilly

Lettre reçue par l'Association des Études grecques :
''Chers administrés,
Huit ans après la disparition de Jacqueline de ROMILLY, la Ville de Paris, sur ma proposition, a décidé de lui attribuer le nom d’une place emblématique du Quartier latin, au croisement de la rue Descartes et de la rue de la Montagne Sainte-Geneviève.
Helléniste mondialement reconnue, Professeur à la Sorbonne, première femme à entrer au Collège de France, le parcours de Jacqueline de ROMILLY est intimement lié au 5e, qui se devait de lui rendre hommage.
Une telle dénomination constitue une grande fierté pour l’arrondissement, qui conforte ainsi son identité intellectuelle.
La cérémonie d’inauguration se tiendra le mardi 2 octobre 2018 à 11h30.
Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l’expression de mes salutations les meilleures et dévouées.''
Florence BERTHOUT
Maire du 5e arrondissement
Conseillère régionale d’Île-de-France
Présidente du Fonds régional d’art contemporain

... Lire la suite